Passer au contenu principal

C’est parti!

Vous amorcez ici le microprogramme 1 : Accompagner des élèves de l’éducation préscolaire et de l’enseignement primaire à distance, pour favoriser l’autonomie, la motivation et la persévérance.

Besoin d’une attestation?

Pour obtenir une attestation de participation à la fin de ce microprogramme, vous devez vous connecter Accéder à la page.

Si vous choisissez de ne pas vous connecter, vous aurez tout de même accès à tout le contenu. Toutefois, vous n’aurez pas la possibilité d’obtenir une attestation en fin de parcours.

Introduction

Enseigner à distance à l’éducation préscolaire et à l’enseignement primaire peut paraître irréaliste. L’enseignement et l’apprentissage, à ce niveau scolaire encore plus qu’aux autres niveaux, constituent des actes qui se font en présence, dans l’interaction de proximité. Considérant l’âge des élèves, leur niveau d’autonomie, leurs besoins affectifs, la diversité de leur profil d’apprentissage, il est évident que la présence dans la classe et la guidance de l’enseignante demeurent les bases de ce que constitue l’école, au Québec comme ailleurs dans le monde.

Face à la fermeture des écoles et à des réouvertures partielles, les milieux scolaires s’interrogent sur différentes manières d’assurer la continuité des apprentissages des élèves. Une solution est que l’enseignante joue un rôle clé en réorganisant les manières d’apprendre par la création d’une classe virtuelle. Mais comment est-ce possible avec des élèves de l’éducation préscolaire et du primaire? Pour répondre à cette question, l’Université TÉLUQ a fait appel à l’équipe de l’École en réseau et à ses nombreux collaborateurs. Il importe de souligner que l’expérience de l’École en réseau a fait émerger chez des enseignantes des pratiques novatrices : elles ont créé leur classe en réseau pour joindre leurs élèves à la maison.

Classes en réseau

Les classes en réseau sont nées au Québec dans les années 2000 pour élargir l’environnement éducatif de plus petites écoles. Aujourd’hui, des enseignantes de grandes écoles y participent, dans des projets interclasses autour d’activités liées au Programme de formation de l’école québécoise (PFEQ). Faire la classe en réseau, c’est aussi faire la classe à distance en quelque sorte, car des équipes d’enseignantes interagissent avec leurs élèves et avec d’autres élèves au moyen d’outils numériques de communication à l’oral et à l’écrit.

Comme Thérèse Laferrière, de l’Université Laval, le soulignait dès 2002,

« le concept de classe en réseau repose principalement sur le fait que les enseignants et les élèves font partie d’une communauté d’apprentissage (dont les frontières sont élargies à cause de l’ouverture sur le monde que leur procure l’utilisation d’outils de télécollaboration), comme le propose le Programme de formation de l’école québécoise. La notion de salle de classe en tant que communauté d’apprentissage s’applique lorsqu’un groupe d’étudiants et au moins un éducateur sont, pour un certain temps, motivés par un objectif commun. Ils seront alors engagés ensemble dans la poursuite de l’acquisition de connaissances, de capacités et d’attitudes en lien avec l’objectif qu’ils poursuivent. »

Étonnamment, vingt ans plus tard, le concept de classe en réseau constitue un levier utile pour imaginer et construire la classe à distance.

Visionnez maintenant la présentation de Josée Beaudoin, directrice de l’École en réseau [1 min 29 s]

Saviez-vous que…

Les familles avec enfant disposent d’appareils numériques et de connectivité en grand nombre au Québec : plus de 95 % des familles avec enfant d’âge préscolaire ou primaire, et plus de 99 % des familles avec enfant au secondaire en disposent, selon les données du CEFRIO (soulignons toutefois que dans certains milieux plus défavorisés, ces taux peuvent être moindres).

L’occasion de joindre les enfants à la maison au moyen du numérique a émergé naturellement pour plusieurs enseignantes en mars 2020. Le contact avec les élèves à la maison, l’échange de nouvelles ont été faits de multiples manières (téléphone, courriel, visioconférence). Partout au Québec, des enseignantes ont initié ces démarches au moyen d’outils de communication du Web, à la maternelle, au primaire comme au secondaire. Plusieurs ont ainsi pu assurer la continuité scolaire, interagir avec leurs élèves en mode individuel et de groupe, et valoriser l’usage des trousses ministérielles. Certaines enseignantes n’ont pas pu ou n’ont pas osé se lancer, mais il n’est pas trop tard!

En vue de structurer plus formellement les façons de faire dans la classe à distance, une communauté de pratique d’enseignantes de l’éducation préscolaire et de l’enseignement primaire de l’École en réseau a accepté de s’engager dans l’expérimentation de la classe à distance, avec les élèves à la maison. Certaines de ces enseignantes sont familières avec le travail en réseau, d’autres sont plutôt novices. Les leçons issues de ce groupe d’enseignantes, qui utilisent la visioconférence pour créer une classe virtuelle et assurer la continuité pédagogique, alimentent le contenu de la formation proposée dans ce microprogramme. Ces enseignantes ont accepté de témoigner, par de courtes capsules vidéo, sur les différents aspects de la classe à distance, et nous les en remercions grandement. Des conseillères pédagogiques du RÉCIT se sont aussi jointes à l’équipe afin d’apporter de nouvelles idées et elles ont, par exemple, recueilli les témoignages d’enseignantes qui ne font pas partie de l’École en réseau, mais qui ont découvert récemment les avantages de ces pratiques innovantes.

« Faisons confiance aux enseignants, qui sont capables de mettre en place une continuité pédagogique de leur propre cru. […] Nous sommes capables d’offrir une continuité pédagogique qui préserve l’essence de la profession enseignante, c’est-à-dire sa dimension interactionnelle. »

Stéphane Allaire, professeur au Département des sciences de l’éducation à l’Université du Québec à Chicoutimi (La trousse, ce sont les enseignants!, article publié dans Le Quotidien Accéder au site., 9 avril 2020).

À propos de ce microprogramme

Le microprogramme Accompagner des élèves de l’éducation préscolaire et de l’enseignement primaire à distance vise à initier les enseignantes et enseignants aux bases de l’enseignement à distance.

Cette formation ne prétend pas couvrir l’ensemble des thématiques possibles de l’enseignement à distance et son objectif n’est pas de montrer les possibilités du numérique en classe (il existe beaucoup de contenus de formation, des situations d’apprentissage et d’évaluation, des activités, des événements annuels au Québec en la matière). Un second microprogramme est en préparation et portera sur les compétences du PFEQ à développer dans la classe à distance, tant pour l’éducation préscolaire que pour l’enseignement primaire. Ce sera l’occasion d’explorer la valeur pédagogique du travail en réseau, et donc à distance, à travers des situations d’enseignement-apprentissage où les élèves sont fortement engagés.

Des stratégies d’accompagnement en classe à distance pourront être mises en place rapidement, de façon à soutenir ces nouvelles pratiques. La formule des communautés de pratique et des activités de développement professionnel sont aussi requises pour partager les avancées des uns et des autres.

Voici un aperçu des divisions de ce microprogramme.

Accompagner des élèves de l’éducation préscolaire et de l’enseignement primaire à distance, pour favoriser l’autonomie, la motivation et la persévérance

Module 1
Communiquer à distance avec ses élèves
Module 2
Organiser l’enseignement-apprentissage de la classe à distance
  • Choisir un mode synchrone ou asynchrone
  • Planifier une première rencontre élèves-parents
  • Vivre une première rencontre virtuelle en groupe
  • S’ajuster selon les résultats
  • Répondre aux besoins sociaux et affectifs
  • Organiser sa classe
  • Intégrer des spécialistes et des professionnels de l’école

Chacun des modules propose des thèmes essentiels que les enseignantes qui débutent dans l’enseignement à distance pourront s’approprier rapidement. Les modules sont structurés de la manière suivante :

  • La section Introduction de chaque module présente les grandes lignes des contenus traités et de leur organisation;
  • Les différentes sections du module regroupent des textes, des exemples, des témoignages écrits et audiovisuels d’enseignantes, des tutoriels simples, des astuces, etc.
  • La conclusion, incluant un journal de bord, permet de garder en tête les décisions à prendre et les actions à entreprendre en contexte d’enseignement à distance.

Cette formation tient compte des réalités particulières de l’éducation préscolaire et de l’enseignement primaire quant à l’autonomie des élèves selon le cycle, la nécessaire interaction avec les parents, les conditions technologiques en place selon les familles et l’âge des élèves, etc. Il s’agit donc d’une formation qui fait une grande place au vécu d’enseignantes de l’éducation préscolaire et du primaire dans la classe à distance, de même qu’aux leçons apprises de l’usage du numérique dans des activités interclasses. Il importe de se rappeler que la pratique de l’enseignement à distance auprès des petits et des plus grands du primaire est encore émergente, ici comme ailleurs dans le monde; elle s’impose par nécessité et non par choix. Mais elle reste une formidable occasion d’accroître les capacités du réseau éducatif, en matière d’agilité organisationnelle et aussi d’engagement des enseignantes, des élèves, des parents et des gestionnaires scolaires, qui la bâtissent dans l’action.

La formation tient également compte du contexte particulier qui a suscité le besoin d’introduire la formation à distance à la maternelle et au primaire. Ce contexte est inhabituel, il suppose donc pour l’enseignante de se placer en situation d’apprentissage itératif dans l’action, alors même que toutes les conditions ne sont pas parfaitement réunies pour faire la classe à distance. C’est donc un appel à l’expertise professionnelle de l’enseignante, qui doit prendre des décisions, faire des essais, se réajuster, développer des routines nouvelles avec les élèves et composer avec des situations inédites autour de l’usage d’outils numériques de communication, dans lesquelles elle n’a pas le plein contrôle des moyens avec des élèves à la maison.

Enfin, la formation proposée aux enseignantes se veut générique pour ce qui est des différentes plateformes technologiques en usage dans le réseau scolaire. Il n’existe pas de normalisation à l’heure actuelle, bien que de plus en plus, les outils proposés se précisent selon les milieux. De plus, la présente formation invite l’enseignante à développer ses compétences dans l’enseignement à distance dans ses principales dimensions : communiquer, interagir, enseigner, faire apprendre, autant à l’oral qu’à l’écrit.

Un conseil quant à la posture de l’apprenant

Nous privilégions que l’apprentissage de cette pratique novatrice sur la classe à distance se réalise dans l’action. En ce sens, ponctuez les moments d’appropriation des modules de moments d’expérimentation avec vos élèves, de discussions avec des collègues et de consultations de ressources variées. Il s’agit d’un apprentissage itératif, non linéaire, qui vous poussera parfois à relire certaines sections ou à en passer d’autres, au besoin. Donnez-vous des conditions pour favoriser votre apprentissage. N’hésitez pas à faire plusieurs essais, parfois des erreurs, pour modifier vos choix. Votre engagement personnel est un facteur de succès important dans une telle démarche. Votre contexte d’expérimentation est combiné à un apprentissage collectif puisque les élèves et les parents sont aussi dans une telle démarche. N’hésitez pas à aller chercher du soutien, que ce soit en discutant et en expérimentant avec des collègues, à travers les ressources locales (conseillers pédagogiques, directions, etc.) ou provinciales (salle de soutien de l’École en réseau Accéder au site., RÉCIT locaux et nationaux, etc.)

Voici un rappel des ressources transversales à votre disposition dans le cadre de cette formation.

La boîte à outils

Aimeriez-vous en savoir plus sur certains outils permettant de soutenir l’accompagnement à distance dans des activités d’enseignement et d’apprentissage? Tout au long de ce microprogramme, différents outils numériques seront suggérés. Ces ressources sont présentées dans la Boîte à outils Accéder à la boîte à outils.. Leurs avantages et leurs limites y sont indiqués. De plus, vous trouverez les tutoriels et les formations pour vous aider à les apprivoiser.

Le glossaire

Aimeriez-vous mieux comprendre certains concepts abordés dans ce microprogramme?

Le glossaire Accéder au glossaire. vous permettra d’obtenir de plus amples informations sur certains termes associés à l’accompagnement.

Trouver du soutien

Avez-vous des questions sur l’accompagnement à distance? Des difficultés à savoir comment organiser vos interventions dans le temps ou à choisir les outils adaptés? Des ressources collaboratives pour faciliter le suivi des apprentissages à distance auprès des élèves seront bientôt disponibles. Restez à l’affût!

Rendez-vous dans la section Trouver du soutien.

La conception et les contenus des différents microprogrammes destinés aux enseignants de l’éducation préscolaire et de l’enseignement primaire sont une réalisation de l’École en réseau (ÉER), avec les enseignantes ressources Sophie Nadeau-Tremblay et Julie Turcotte, le soutien des enseignantes ressources Lise Cayouette et Julie Fortin, de même que la collaboration de Michel Perreault, en ce qui concerne la technopédagogie, et de professeurs de l’Université TÉLUQ.

L’ÉER tient à souligner la collaboration des conseillers pédagogiques de la CSBE, Denise St-Pierre et Julie Potvin, ainsi que celle des services nationaux du RÉCIT de la formation à distance, Étienne Roy et de l’éducation préscolaire, Lynda O’Connell et Isabelle Therrien. Nous remercions également les enseignantes qui ont généreusement contribué par leurs témoignages écrits et vidéos.

Note : L’utilisation du genre féminin a été adoptée afin de faciliter la lecture et n’a aucune intention discriminatoire puisque les titulaires de classe sont généralement un personnel féminin à l’éducation préscolaire et à l’enseignement primaire.

Retour au sommet de la page.